Des tablettes à la médiathèque

Ces dernières années, les bibliothèques intègrent peu à peu de nouveaux médias. Ainsi, elles sont presque toutes devenues médiathèques en proposant des CD et DVD. Mais certaines vont plus loin et offrent du contenu dématérialisé : ressources documentaires en ligne, vidéos à la demande, plateformes d’autoformation… Aujourd’hui, un autre type de ressources demande l’attention des bibliothécaires : les livres numériques. Si les liseuses proposent des livres similaires à leur version papier et sont surtout complexes d’un point de vue technique et financier, les applications numériques présentent des créations d’auteurs à dénicher dans le flux des applications. Le stage que je réalise actuellement à la médiathèque George Sand d’Enghien-les-Bains se consacre à la gestion des tablettes en section jeunesse.

Quelles sont les tâches à réaliser pour proposer une offre d’applications numériques ?

1) Une veille continue

Cette veille suppose la connaissance d’outils critiques concernant les applications. Dans ce domaine, les ressources papier sont très vite obsolètes. J’ai donc choisi 3 sites qui me semblaient particulièrement pertinents :

20397_446429418728005_931791055_n– Declickids Ce site est très utile car il donne une note à l’application, ce qui permet de se faire un avis très rapidement. Il propose également une tranche d’âge et énonce les points forts et les points faibles. En outre, son plus grand atout est de donner la parole à Ulysse, un jeune garçon, testeur des applications;

576949_532194036794008_231103176_nLa Souris Grise Son principal avantage est de proposer un résumé en début d’article. Les applications proposées sont souvent intéressantes;

La Mare aux Mots Chaque dimanche, Erica nous propose une chronique numérique autour d’un th942168_613917065286349_2031890550_nème. Les notices sont peu nombreuses mais détaillées et de bonne qualité et permettent de se faire un bon aperçu de l’application.

La veille doit se faire très régulièrement en matière d’applications. En effet, certaines d’entre elles sont gratuites le temps d’un ou deux jours ce qui demande de la réactivité. A partir de cette veille, j’établis une liste de suggestions d’acquisitions d’applications en tenant compte de la politique d’acquisition de la médiathèque, du public visé, des animations à venir, etc.

En cliquant sur l’image ci-dessous, vous trouverez un article sur le processus de choix des applications !

Sans titre

2) Les achats

La procédure concernant les achats d’applications est très variable d’un système à l’autre. Je ne m’attarderai donc pas sur ce point.

3) Un catalogue d’applications

Une fois les premiers achats effectués, il faut penser à la visibilité de ceux-ci et à la matérialisation des applications. La réalisation d’un catalogue est donc indispensable. Intégrer les applications au catalogue général ou créer un catalogue indépendant ? Chaque médiathèque fera son choix ! Les applications et les tablettes n’étant pas empruntables, j’ai fait le choix de les présenter séparément.

Ce catalogue a pour objectif de donner un aperçu aux visiteurs et aux collègues des applications présentes sur les iPads. Il contribue également au rôle de conseiller du bibliothécaire en préconisant des applications de qualité. Pour mener à bien cet objectif, il faut commencer par un recensement des applications et ensuite créer un fichier avec une présentation ergonomique mais facile à mettre à jour.

En outre, pour faciliter la vie de l’usager, le catalogue doit se refléter sur les tablettes. Ainsi, dans mon cas, les applications ont été triées par dossiers qui correspondent aux chapitres du catalogue. En dehors des dossiers, nous avons décidé de proposer des coups de cœur du mois afin de mettre en avant des applications de dossiers moins explorés comme celui des documentaires ou des langues étrangères.

Vous pouvez consulter le catalogue de la médiathèque d’Enghien-les-Bains en cliquant sur l’image :

Couv ipad verticale sobre

4) Des animations

Plusieurs activités ont été réalisées au cours de mon stage.

En février et mars, une bibliothécaire de la section multimédia, Jocelyne Brissot, et moi-même avons organisé des ateliers de découverte d’applications numériques. Il s’agit d’ateliers parents-enfants sur inscription. Chaque animation a comporté deux séances : une pour les 3/5 ans et une pour les 6/8 ans. La sélection d’applications ne s’est pas faite au hasard ! En effet, il me semblait important d’équilibrer la part de jeu, de lecture et de création. Ainsi, je voulais présenter une application de chaque type. Mais l’animation a également des contraintes de temps et de budget. Je n’ai pas pu présenter de livre applicatif pour la tranche 6/8 ans en février. En mars, ma méthode a été un peu différente car j’ai voulu axer les ateliers sur le thème de la création.

Quelques productions réalisées par les enfants avec Toontastic :

Et celle des bibliothécaires :

Selon moi, il est essentiel de mettre les applications numériques en lien avec les autres ressources de la médiathèque. Ainsi, pour chaque animation, j’ai créé une brochure qui reprend les applications découvertes et effectue ce lien.

Pour les consulter, cliquez sur les couvertures ci-dessous :

brochure février                            Brochure mars

D’autres projets sont en cours avec des classes autour de la lecture numérique. Le premier a été réalisé par une stagiaire de La Souris qui raconte autour du livre-papillon, la deuxième par moi-même autour de La princesse aux petits prouts et la dernière par ma maître de stage sur La grande fabrique de mots.

IMGP0949

5) Sensibiliser les publics et les collègues

En parallèle, j’étais chargée de former une collègue dans la découverte de la manipulation de la tablette mais également dans la veille d’applications et la création d’animations. En effet, à la fin de mon stage, elle devra poursuivre mes missions en compagnie de ma maître de stage. Au cours du stage, j’ai finalement fait de l’accompagnement avec plusieurs collègues et ai réalisé des fiches de procédures relatives aux aspects techniques.

Quelques exemples de fiches réalisées :

– Obtenir des applications gratuites

– Paramétrage Ipad

– Projection écran

– Impression 

– Transférer des photos           

Mais la sensibilisation ne se limite pas aux bibliothécaire ! En effet, comme nous l’avons vu au cours de l’enquête menée l’année dernière, les usagers ont beaucoup d’idées préconçues sur les tablettes et les applications. Un travail de médiation était donc nécessaire via des discussions, la réalisation des brochures susmentionnées, les ateliers numériques… L’objectif était de leur faire comprendre que des contenus de qualité existent également sur tablette.

Et vous, où en êtes-vous dans la mise en place des tablettes numériques dans vos bibliothèques ? Quelles animations avez-vous réalisées ? Quels sont vos coups de coeur ?

J’attends vos réactions 🙂

Pour aller plus loin

Un dossier est consacré au numérique en bibliothèque dans le Takam Tikou 2015 réalisé par la BnF : à consulter ici Numérique-jeunesse, un site qui reproduit la formation « Tablette numérique : les possibilités de médiation en bibliothèque » donnée en mai 2014 par Dominique Maes et est régulièrement mis à jour : à consulter ici

Publicités